Les imaginaires du dragon : des mythologies à la botanique


Les imaginaires du dragon : des mythologies à la botanique

En ce jour du 9e anniversaire de la mort de Gilbert Durand (07/12/2012), Fleur Vigneron, la directrice de la revue Iris, nous a annoncé la parution du numéro 41 / 2021 de la revue Iris intitulé Les imaginaires du dragon : des mythologies à la botanique. Ce numéro comprend essentiellement une partie « Mythodologies », à la fois hommage au fondateur du CRI chambérien-grenoblois à l’occasion du centenaire de sa naissance (1921-2021), et réflexions et analyses de ses collègues et amis (C. Sant’Anna, J.P. Sironneau, Ph. Walter, J.-J. Wunenburger et J. Thomas) sur l’héritage durandien « à l’aune de notre époque, en examinant les enjeux théoriques actuels de l'imaginaire ». L’autre partie «  Topiques » est consacrée l’imaginaire des dragons, « des mythologies à la botanique », avec les contributions de B. Sergent, N.S. Majd, A. Quéret-Podesta, M. A. L. Tonda, A. Dominquez et un ancien article collégial de Gilbert Durand et Chaoying Sun: « Renversement européen du dragon asiatique ». 

Chao-Ying Durand-Sun

L’année 2021 nous invite à reprendre la mesure de l’œuvre de Gilbert Durand né il y a tout juste cent ans. La revue Iris consacre sa partie « Mythodologies » à cette réflexion sur l’héritage du maître savoyard. Les deux premières contributions constituent un hommage, tandis que les trois autres articles analysent la pensée durandienne à l’aune de notre époque, en examinant les enjeux théoriques actuels de l’imaginaire.

La partie « Topiques » consacrée à l’imaginaire des dragons n’oublie pas le centenaire de la naissance de Gilbert Durand, puisqu’elle permet au lecteur de retrouver un article de ce dernier et de Chaoying Sun publié deux fois en Belgique mais difficilement accessible : « Renversement européen du dragon asiatique ». Avant ce texte qui compare l’imaginaire du dragon en Asie — principalement en Chine — et en Europe occidentale, Bernard Sergent propose une contribution qui dévoile toutes les problématiques et expose les diverses fonctions des dragons, avec un point de vue large, englobant les cinq continents. Après cette approche des mythologies du dragon et l’essai comparatif entre les mondes asiatique et occidental, diverses enquêtes font passer d’une culture à une autre en s’intéressant à l’épopée byzantine et persane, aux sources historiques polonaises et aux récits de la vie de sainte Marthe. On termine avec les noms des plantes qui ne sont jamais loin de la mythologie et dont plusieurs convoquent la représentation du dragon, comme serpentaire ou estragon.

Sous la direction d’Isabelle Krzywkowski, la revue Iris consacre sa partie « Mythodologies » à cette réflexion sur l’héritage du maître savoyard. Certains des articles réunis ici ont d’abord fait l’objet d’une communication lors du colloque célébrant les cinquante ans de recherche sur l’imaginaire, organisé en novembre et décembre 2016 à Chambéry et à Grenoble. Les deux premières contributions constituent un hommage, d’une part en relisant les Structures anthropologiques de l’imaginaire, d’autre part en montrant comment les théories de Gilbert Durand permettent d’analyser les rapports entre imaginaire et politique. Les trois autres articles analysent la pensée durandienne à l’aune de notre époque, en examinant les enjeux théoriques actuels de l’imaginaire. Pour commencer, Philippe Walter envisage une propédeutique de l’imaginaire et s’intéresse au rôle maïeutique des images. En outre, on constate aujourd’hui que les sciences et les techniques ont adopté le concept d’imaginaire et Jean-Jacques Wunenburger y voit une des clés de l’innovation technologique. Enfin, Joël Thomas présente l’évolution historique des représentations du cerveau de l’Antiquité à nos jours et l’on pourrait conclure de ce panorama que la validation des études sur l’imaginaire passe par les neurosciences contemporaines.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.