In memoriam, Arlette Chemain 1


In memoriam, Arlette CHEMAIN

Arlette Chemain nous a quittés le 2 décembre 2020. La francophonie lui doit beaucoup. Elle laissera la trace durable d’une comparatiste reconnue, d’une pionnière dans le domaine des recherches sur les littératures postcoloniales et les littératures de la condition féminine, et d’une référence pour l’étude des lettres africaines francophones. Elle a conduit, après son doctorat à Paris en 1986, une carrière particulièrement active, d’abord à l’université de Brazzaville, où, avec son époux Roger, elle nous a fait découvrir toute la richesse des mythes africains, et de la jeune littérature qui en est imprégnée, le tout dans un climat particulièrement chaleureux de fédération de ces jeunes énergies des chercheurs et des auteurs locaux.

De retour en métropole comme Professeur à l’université de Nice-Sophia Antipolis, elle a organisé plusieurs colloques internationaux, dont Éclipses et surgissements de constellations mythiques, en 2001, en présence de Gilbert Durand, et elle a continué à nous donner à découvrir l’Afrique francophone à travers les études sur l’imaginaire, en faisant un remarquable travail de littérature comparée, et en nous proposant, dans la lignée des travaux de Gilbert Durand, qui ont conduit toute sa recherche, une approche mythocritique de ces littératures moins connues, dont elle a su mettre en valeur les fonds imaginaires distincts qui les nourrissent, mais qui communiquent à l’intérieur d’une symbolique générale, et d’une langue d’écriture partagée, la langue française.

Ses nombreux livres, entre autres Panorama critique de la littérature congolaise contemporaine (1979), Émancipation féminine et roman africain (1980) et « Littérature-monde » francophone en mutation : écritures en dissidence (2009), puis sa direction scientifique des ouvrages Imaginaires francophones (1998), Imaginaire et littérature II. Recherches francophones (1998), Éclipses et surgissements de constellations mythiques (Loxias 2 et 3) (2001) ont été signalés comme des références incontournables dans leurs domaines. Le volume Libres horizons. Pour une approche comparatiste, Lettres francophones, Imaginaires (2008) rend un hommage mérité à l’originalité de sa démarche de découvreuse et défricheuse de cette aire particulièrement riche de l’imaginaire.

Arlette Chemain et Chaoying Durand-Sun

Elle restera dans notre souvenir comme une « belle personne », sensible, attentive, toujours souriante, habitée par un irrésistible enthousiasme et comme un des membres actifs et originaux du CRI puis du CRI2i.  L’Association des amis de Gilbert Durand n’oubliera jamais comment, avec Pascal Bouvier, elle su organiser en juin 2014, le premier colloque émouvant de l’association et l’accueillir dans un de ses sites préférés, La Chartreuse du Bourget-du-Lac (Actes publiés : Arlette Chemain-Degrange et Pascal Bouvier, Gilbert Durand, De l’enracinement au rayonnement, Université de Savoie-Mont-Blanc, 2014). À Roger, à son fils, et à toute sa famille, nous disons notre sympathie attristée et toute notre chaleureuse amitié.

Joël THOMAS


Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “In memoriam, Arlette Chemain

  • Durand

    Grand merci à Joël THOMAS pour ce bel hommage à notre chère amie Arlette CHEMAIN.
    Toutes nos sincères condoléances et mille pensées amicales et affectueuses à Roger, à ses enfants et petits-enfants, et à ses proches et amis.
    Arlette demeure pour toujours dans nos coeurs. Nous n’oublierons pas son enthousiasme, sa sympathie, sa gentillesse et son précieux soutien pour l’enracinement et le rayonnement de l’oeuvre de Gilbert Durand et pour l’essor et le développement de notre association.

    Chao-Ying et Maria-Ying DURAND